Partagez | 
 

 Maboroshi ? [pv Eliott]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Majinai I. Hoshiakune


clan astral.
avatar

petits mensonges : 81
date d'inscription : 01/05/2013
âge : 18
localisation : Dans ma tête... Je crois

MessageSujet: Maboroshi ? [pv Eliott]   Mer 15 Mai - 18:31

Debout. C'est la nuit, il fait noir. Les cheveux de Majinai se fondait dans le ciel étoilé. D'un geste, elle fit disparaître ses bottes. Elle changea sa tenue habituelle en une robe noire de jais. Pour camoufler les cicatrices étincelantes sur son ventre qu'elle était la seule à voir... Bon. Elle attacha sa chevelure inégale en ses deux couettes habituelles et se mit en route. Ses longues jambes blanches étaient très visibles, mais silencieuse étant donné l'absence de chaussures. Marche, Majinai. Marche... Ou allait-elle ? Dans la vieille pièce aux miroirs. Pourquoi ? Parce que c'était minuit, et que minuit c'est l'heure de l'Histoire. L’Histoire, c'est l'histoire préférée de Majinai, c'est celle qu'Iroka connait par coeur, celle qu'elle raconte depuis qu'elle ne voit plus les couleurs. Pour ne pas les oublier. Pour les apprendre à Majinai. Un léger sourire au lèvres, d'ailleurs, Majinai. Tellement heureuse qu'elle dansait presque. Si légère dans la nuit... En plus, avec sa peau blanche comme la neige, on aurait dit une poupée de porcelaine. Lorsque l'on la voyait avec son canon, on pourrait s'étonner qu'elle ne se brise pas. Marche... Arrivée. C'était sombre, vide, sans aucun bruit. Alors Majinai laissa choir toute sa discrétion, se mit à courir. Au fond de la pièce, un miroir. Pas comme les autres, un grand miroir d'ébène, tellement grand que Majinai pouvait y voir Iroka en entier. La jeune fille aux cheveux noirs passa ses mains au travers du miroir, agrippa Iroka... Et lui fit un câlin. Puis elle retourna de son côté, s'allongea comme d'habitude et laissa Iroka lui raconter son histoire.

- C'est l'histoire d'un petit oisillon. Il était tout blanc, et il rêvait d'avoir des couleurs...

Majinai ferma les yeux. A chaque nouvelle phrase, l'oisillon découvrait une couleur. A chaque nouvelle phrase, Majinai rêvait d'être à sa place, de les voir, aux moins une fois.

- Mais l'oisillon voulait encore plus de couleurs. Alors, il ordonna aux couleurs de se mélanger. Et l'oisillon devint sale, noir, et mourut. Fin.

Majinai savait que cette histoire était comme la leurs. Iroka était le petit oisillon qui avait les couleurs. Leur rencontre était l'oisillon qui voulait plus de couleurs, et la mort de l'oisillon était l'arrivée de Majinai dans l'esprit d'Iroka.

- Iroka-chan... Je suis désolée...

- C'est pas ta faute, Maji'-san. C'est pas ta faute, tu le sais...

La jeune fille aux cheveux noirs ferma les yeux et posa sa tête sur ses genoux, ne remarquant pas l'autre personne s'approcher, ne remarquant pas le regard d'Iroka à se moment là.


- Iroka... Si je pouvais te faire voir une fois encore les couleurs, je le ferais, promis... Juré !

- Ma... Maji'... C'est pas la peine...

Majinai c'était mise à pleurer. Elle voulait voir les couleurs, elle voulait qu'Iroka voit encore les couleurs. Elle se sentait coupable, terriblement coupable. Elle était responsable de toutes les douleurs d'Iroka : la perte de Sakura, de son village, de Mme Mirna, des couleurs... Sa faute. Tout était sa faute. Et essayer, croire, prier pour qu'elle voit de nouveau les couleurs, ce n'était pas la peine...?


- Iroka ! Bien sûr que si, c'est la peine ! Tout est de ma faute ! Je... Dois... Réparer mon erreur...

- Non, je veux dire que ton voeux à été plus ou moins exaucé. Retournes-toi...

Majinai se demandait pourquoi Iroka avait dit sa. Levant un visage plein de larmes vers Iroka, elle remarqua que celle-ci souriait. Un sourire tellement joyeux, qu'on aurait dit que toute les couleurs étaient entrées dedans en même temps. Un regard qui confirmait les paroles du spectre aux cheveux bleus qui était dans le miroir. Alors, séchant ses larmes, Majinai se retourna... Et crut s'évanouir. De surprise, de joie, voir de fascination pour celui qui se dressait devant ses yeux. Des couleurs. Jamais elle n'en avait vu. Les yeux tout grands, un sourire d'ange sur le visage, comme elle n'en avait jamais fait. Une parfaite idiote. Ou un enfant devant un jouet. Bref, elle avait l'air niaise, voir stupide. Mais elle s'en fichait. Comme d'habitude, elle se fichait de tout. Même de la personne en face d'elle, vu qu'elle lança sans honte :

- C'est... Impossible. Fantastique. Merveilleux. Pincez moi. Tuez moi. Enfin, non. Iroka, tu vois ? Tu le vois ? J'ai... Jamais rien vu... D'aussi beau... De toute ma vie...

Majinai ferma les yeux. Elle n'osait pas y croire. La marque en forme d'étoile sur son cou s'alluma. Elle ouvrit les yeux. Sa flamme bleue était apparue, et représentait toute la joie qui émanait de la jeune fille aux cheveux de jais. Tout était bien réel, donc. Elle ne rêvait pas, c'était merveilleux, des couleurs dans sa vie si sombre. Enfin. Elle avait attendu ce moment toute sa vie...
HS:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eliott K. November


clan lunaire.
avatar

petits mensonges : 97
date d'inscription : 22/08/2012
localisation : On the corridors.

MessageSujet: Re: Maboroshi ? [pv Eliott]   Lun 27 Mai - 21:01

C'est... Impossible. Fantastique. Merveilleux. Pincez moi. Tuez moi. Enfin, non. Iroka, tu vois ? Tu le vois ? J'ai... Jamais rien vu... D'aussi beau... De toute ma vie...


... Sans déconner ? Comment en était-on arrivés là ?

Si on rembobine ma mémoire jusqu'au passage intéressant du commencement de l'histoire, je me rappelle d'à peu près cela: Je m'étais réfugié dans la salle des miroirs, comme d'habitude. La nuit, c'est un des meilleurs endroits qu'il puisse exister. Mis a part, bien sur, le dehors, ou on peut -quand on était en vie- sentir le vent frais, les odeurs de fleurs et tout et tout. Mais bon bref.

Je me lamentais sur mon sort en me mirant dans un miroir. En fait, je ne me mirais pas à proprement parler, puisque les miroirs ne renvoient pas l'image des morts. Alors je fixais mon non-reflet, passionnément. Depuis le temps que je suis là, j'avoue avoir passé des dizaines d'heures devant des miroirs vides. J'ai un peu honte de l'avouer, ça sonne plutôt stupide je suppose.

De toute façon, je n'aurais sans doute pas apprécié ma propre vue. Je savais que mes couleurs étaient passées, délavée, comme si on m'avait foutu dans une machine a haute température. C'est ce qui arrive quand on passe à l'état d'ectoplasme, il parait. Rien qu'en regardant le orange pâle de mon manteau, je sentais, genre, un vent de vieillesse souffler dans ma cheveux. Sans déconner. Ca doit être le problème quand on est un adolescent condamné à vivre sous forme spectrale pendant... Longtemps. Bref.

Occupé à ce hobby fort intéressant, j'avais à peine remarqué qu'une jeune fille venait d'entrer dans la salle. En fait, j'ai vraiment capté qu'elle était là quand elle s'est mise à parler à une autre fille dans le miroir du fond, et à pleurer comme une pauvre petite brebis. J'avais trouvé un perchoir sur le haut d'un miroir, laissant mes jambes pendouiller dans le vide. Je l'observais avec curiosité. Dans cette école, il y avait de nombreuses personnes bizarres, avec des pouvoirs étranges et tout ça, mais là c'était plus bizarre des scènes bizarres que j'avais jamais regardé. Enfin presque, n'oublions pas que, en tant qu'observateur, j'avais assisté à tout un tas des scènes bizarres que je devrais sans doute consigner dans un registre de situations bizarres bizarrement trouvées dans ce lycée bizarre.

Je m'étais balancé du haut du miroir, et avait atterrit derrière la fille. Et là un truc louche était arrivé, et elle s'était retrouvée à me regarder béatement en disant que j'étais la plus belle chose qu'elle ait jamais vue. De toute sa vie, à reprendre ses mots. Ok. Génial. C'était plutôt flatteur. Même si je savais mes couleurs délavées et peu dignes d'intérêt.

Je n'ai donc pas pu résister à l'envie de lui faire un grand sourire enjôleur. Pas qu'elle m'attirait, non, c'était juste que je me sentais vachement important, tout d'un coup. Bref, je m'inquiétais quand même un peu pour elle...

Ca ne va pas, Mademoiselle ?


Spoiler:
 




My lungs are full of this dark water now.
Revenir en haut Aller en bas
Majinai I. Hoshiakune


clan astral.
avatar

petits mensonges : 81
date d'inscription : 01/05/2013
âge : 18
localisation : Dans ma tête... Je crois

MessageSujet: Re: Maboroshi ? [pv Eliott]   Mar 28 Mai - 12:06

Majinai ne calcula rien. Majinai ne calculait rien, ne calculerait sans doutes rien dans les prochaines minutes et n'avait presque jamais rien calculé de sa vie, que se soit des maths ou des phrases sans importances, en passant par celles qui en ont et d'autres choses. Bref. Majinai se tourna vers son alter égaux du miroir. Iroka souriait du même sourire qui ornait son visage du temps ou elle était avec Sakura. Majinai lui rendit un regard protecteur, pendant qu'elle pouvait encore. Puis elle se retourna vers celui qui avait parlé, se frotta les yeux pour vérifier qu'il était bien là, se les frotta encore parce que les couleurs lui piquaient les yeux, se frotta encore les yeux pour éponger les larmes de son visage. La elle se rendit compte qu'on l'avait vue pleurer, défit ses couettes pour faire vraiment ses seize ans, secoua la tête, s'excusa, parti derrière le miroir, commanda sa tenue habituelle à la roche noire, et reparut. Maji' avait un sérieux "problème" en face d'elle, de ceux qu'elle n'avait jamais connus. Couleurs, des couleurs. Elle hésitait entre passer pour une imbécile en demandant le nom de ces choses qui n'avait jamais voulut passer devant ses yeux achromates ou alors commencer à parler en balançant clairement qu'elle souffrait de monochromatisme. Il fallait calculer la probabilité pour qu'il la prenne pour une folle dans chaque cas. Le pourcentage de chance qu'il la croie sensée étant très faible, Maji' laissa la les maths et concentra sa mémoire pour se rappeler ce qu'il avait dit. Une fois la phrase retrouvée, elle décida de répondre de la manière la plus calme et explicite possible :

- Non, enfin, si, enfin, je vais bien, c'est toi qui est pas normal, enfin, je veux dire, enfin... Bonjour, enfin, Bonsoir, sinon elle aurait disparut.

A ce moment précis, Iroka se senti toute puissante. Certes, elle était telle le spectre enfermé dans un miroir, ce qu'elle était. Mais enfin bon, la fillette avait reprit ses esprits (ahah.) et avait décidé de rendre à Maji' la monnaie de sa pièce...

- Ben alors, Maji'... On se présente pas ? C'est très malpoli tu sais... Je croyais pourtant que madame Mirna nous avait un peu mieux élevées...

Maji' se retourna, réagit au quart de tour, réfléchit, choisis de garder son calme avant de répondre avec toute la mauvaise foi qu'elle avait.

- Merci Iroka... J'avais vraiment besoin de tes conseils... Je vais pouvoir voir le monde en couleurs, maintenant... Oh mais j'oubliais, JE SUIS ACHROMATE !

Maji' espérait sans doutes ne pas avoir été entendue, et gloussait en son for intérieur devant la tête d'abord fière puis déconfite de sa créatrice. Elle se retourna de nouveau, et décida qu'Iroka avait malgré tout raison et qu'elle devait se présenter.

- Bon ben... Enchantée, je m'appelle Maji', et toi ? Et pitié, arrête de sourire comme sa, et ne m'appelle pas mademoiselle.

Maji' n'avait pas tendu sa main car elle n'aimait pas les contacts. Elle murmura dans sa barbe qu'elle avait horreur de faire sa, et pensa très fort qu'elle aimerait savoir les noms des couleurs qu'elle voyait. Elle fut de nouveau interrompue par Iroka qui semblait avoir retrouvé sa joie de vivre habituelle.

- Maji' !! Majiiii' ! Fait moi sortir d'ici, steuplé !

- Ok... Mais pas de bêtises, sinon tu y retournes !

Après ces quelques mots, Maji' s'excusa auprès du "cas" qui échappait à son achromatopsie, fit apparaitre sa Black Blade et d'un geste cruel et sans appel... Elle se coupa la main. La roche noire liquide se mit à couler et Maji' l'étala sur le miroir, créant ainsi un passage que seules elle et Iroka pouvaient emprunter. La fillette aux cheveux bleus passa au travers de la vitre et arriva, sous forme de fantôme. Oui, une âme sans corps, qu'est-ce d'autre qu'un fantôme ? Peu habituée à ne pas toucher le sol, la petite Iroka s'appuya sur l'épaule de sa création, et prit la parole.

- Bonsoir. Je suis Iroka.

La blessure de Maji' était déjà refermée. La jeune fille ne s'était pas rendue compte qu'elle avait toujours sa flamme d'allumée, et franchement elle s'en fichait, personne -y comprit Iroka- ne pouvait la voir... ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eliott K. November


clan lunaire.
avatar

petits mensonges : 97
date d'inscription : 22/08/2012
localisation : On the corridors.

MessageSujet: Re: Maboroshi ? [pv Eliott]   Mer 29 Mai - 19:20

Non, enfin, si, enfin, je vais bien, c'est toi qui est pas normal, enfin, je veux dire, enfin... Bonjour, enfin, Bonsoir, sinon elle aurait disparut.


... Quoi ? Qui aurait disparu ?

Ben alors, Maji'... On se présente pas ? C'est très malpoli tu sais... Je croyais pourtant que madame Mirna nous avait un peu mieux élevées...


Merci Iroka... J'avais vraiment besoin de tes conseils... Je vais pouvoir voir le monde en couleurs, maintenant... Oh mais j'oubliais, JE SUIS ACHROMATE !


J'avoue que j'étais scotché. C'était la situation la plus bizarre que j'avais vécue depuis que j'avais vu le Prof' partir en voiture, l'air pitoyablement faible. Je tordis ma bouche. Pas le moment.

Bon ben... Enchantée, je m'appelle Maji', et toi ? Et pitié, arrête de sourire comme sa, et ne m'appelle pas mademoiselle.


Promis, Mademoiselle, je songeais.

Maji' !! Majiiii' ! Fait moi sortir d'ici, steuplé !


Ok... Mais pas de bêtises, sinon tu y retournes !


Là la fille se coupa la main, étala son sang sur le miroir, et son reflet sortit de la glace. D'accord. Normal.

Bonsoir. Je suis Iroka.


Je les regardait avec des yeux ronds comme des putaing de soucoupes. Mon regard allait de l'une à l'autre, indécis. Et soudainement, j'éclatais de rire. Merde, c'était trop drôle. On aurait dit des soeurs carrément à l'opposée l'une de l'autre.


Bonsoir. Je m'appelle Eliott.


Je fronçais un sourcil -oui, un seul-, et plantai mes yeux dans ceux du fantôme. Je me demandais jusqu'où pouvait aller la communication entre fantômes. En fait, je me demandais surtout si je pouvais la toucher. Ca faisait un moment que je n'avais touché personne -était spectral oblige. J'allais tendre la main vers elle, mais je me retins. C'était malpoli. Et puis je n'avais pas besoin de contact à ce point.

Je déconne. J'en avait besoin. C'était sans doute la chose qui me manquait le plus. Je pouvais y remédier, les nuits ou je retrouvais mon corps pendant quelques heures. Mais à vrai dire, personne dans l'académie n'était avec moi dans ces moments là. Parce que j'étais un fantôme; parce qu'ils dormaient; parce que ça ne leur aurait sûrement pas plu que je leur saute dessus; parce que je partais en miettes. Bref, il y avait des tas de raisons toutes plus stupides les unes que les autres, qui faisaient que je restais seul. Un véritable désastre pour mes hormones.

Je reportais mon attention sur l'autre fille. Elle s'était changée. Hmm. Et elle avait dit être achromate. C'était quoi ça ? Un truc qui bloquait les couleurs ? Dans ce cas, elle me voyait comme elle m'aurait vu si je n'avais pas été mort, je suppose ? Mis a part le fait que je flottais quelques centimètres au dessus du plancher et que j'avais l'air mouillé. Bref.

Qu'es-ce que vous faites là ?


Maintenant que la fille avait cessé de pleurer, je me sentais un peu comme un intrus. J'avais envie de leur poser des tas de questions. Pourquoi es-ce qu'elle avait un flamme bleue sur l'oeil ? C'était quoi, achromate ? Etaient-elles soeurs ?

Mais il y avait un truc qui clochait avec ces deux là. J'étais trop poli, effacé. Je n'avais jamais été comme ça avec quelqu'un auparavant. En temps normal... Je ne me démontais jamais. Je ne perdais pas pied. J'avais toujours quelque chose à répondre.
Elles m'avaient surprises et déstabilisé, je suppose.

Spoiler:
 




My lungs are full of this dark water now.
Revenir en haut Aller en bas
Majinai I. Hoshiakune


clan astral.
avatar

petits mensonges : 81
date d'inscription : 01/05/2013
âge : 18
localisation : Dans ma tête... Je crois

MessageSujet: Re: Maboroshi ? [pv Eliott]   Mer 29 Mai - 20:32

Maji' se refabriquait du sang, donc elle était quelque peu abasourdie. D'accord, disons le franchement, elle ETAIT abasourdie. Par toutes ses choses nouvelles devant ses yeux. Elle savait aussi que se serait idiot de lui poser des questions. Mais elle savait aussi que Iroka, elle n'hésiterait pas. Donc elle lui laissa le soin de s'humilier, parce que Maji', la gentillesse était dans sa nature, hein. Iroka était un peu moins à l'aise, elle trébuchait beaucoup, vraiment nulle comme fantôme, et elle souriait comme une idiote. Normal. Elle était idiote. Sauf que quand elle souriait telle l'idiote qu'elle était, elle restait comme sa au moins cinq minutes. Et Maji' s'impatientait, elle voulait connaitre les couleurs, et elle allait le faire remarquer à Iroka quand soudain le jeune homme en face d'elle éclata de rire. Alors, Maji' réagit de la même manière que n'importe qui aurait agit et dit très fort :

- IROKA ! Mais qu'est ce que t'as encore fais ?

Iroka n'écoutait pas. Depuis longtemps elle avait apprit à ignorer sa création, et elle se concentrait sur la personne colorée en face d'elle. Elle l'avait écouté, donc elle connaissait son nom, ce qui surprit grandement Maji' lorsqu'elle dit :

- Enchantée, Eliott. Euh, je sais pas si je suis indiscrète mais... C'est quoi déjà les noms des couleurs que tu portes ?

Elle l'avait fait. Elle l'avait fait ! Maji' aurait pu sauter de joie. Seulement, il fallait d'abord qu'il réponde. Maji' se renfrogna... Pas longtemps, elle se rendit compte qu'Iroka avait bougé. Elle ne devait pas bouger. Sinon, elle ferait une connerie, et Maji' le savait. Elle la tira sèchement par le bras avant de répondre à la seconde phrase d'Eliott. Elle hésitait entre son ton sarcastique habituel en lançant une phrase genre "Nan mais sa se voit pas ? On danse la Ievan Polkka avec des poireaux !", et choisis de répondre de façon plus sage :

- Je discutais avec ma créatrice. Et toi, t'es tombé dans quoi pour être aussi... Mouillé ? Et je te retourne ta question !

Beaucoup de question qu'elles se posaient toutes les deux, beaucoup de questions qu'il devait se poser aussi. Maji' laissait sa "petite soeur" sans surveillance pendant deux minutes, et c'en fut assez pour qu'elle fasse une connerie. La petite aux couettes bleues sera le "cas" dans ses bras en le remerciant d'exister.
Revenir en haut Aller en bas
Eliott K. November


clan lunaire.
avatar

petits mensonges : 97
date d'inscription : 22/08/2012
localisation : On the corridors.

MessageSujet: Re: Maboroshi ? [pv Eliott]   Mer 29 Mai - 21:13


Enchantée, Eliott. Euh, je sais pas si je suis indiscrète mais... C'est quoi déjà les noms des couleurs que tu portes ?


Wow. Cette fois, j'étais vraiment complètement déstabilisé. Je fermais les yeux un instant, histoire de me re-concentrer.

Ma veste est orange. Mon jean est, uh, bleu, et mes cheveux sont blonds, et... Mes yeux sont bleus pâles, à ce qu'on dit...


Manquait plus que ça. J'hésitais entre mes phrases. Je fronçais les sourcils. Ressaisis-toi, Eliott, putaing.

Oh, et mon haut est noi...


Je discutais avec ma créatrice. Et toi, t'es tombé dans quoi pour être aussi... Mouillé ? Et je te retourne ta question !


Je restais bouche bée. Mouillé ? Mouillé ? Elle voulait que je réponde quoi à ça ?
"Oh, je me suis noyé y'a une vingtaine d'années, et j'en porte encore les traces. Tu veux voir les cicatrices, peut-être ?"
Je suffoquais presque. Il me fallut quelques instants pour me reprendre et pouvoir bégayer une réponse stupide;

Je suis tombé, n-non, j'ai... Plongé... Dans le lac, et je ne suis p-pas, uh, ressorti mais...


Respire. Respire.

Qu'es-ce que je faisais ici ? Je suppose que j'observais discrètement une demoiselle avec un air de voyeur pervers, comme tout jeune homme sensé en pleine nuit.


Ok, c'était mieux. Pas le top du fin, mais assez ironique pour être considéré comme une réponse que j'aurais pu formuler en temps normal. J'avais accentuer le mot 'demoiselle' juste pour la faire rager un peu, et un demi-sourire avait repris sa place sur mes lèvres. Je redevenais moi, finalement. Soulagement.

Sauf que là, la fille s'était avancée vers moi et avait fait mine de me prendre dans ses bras, tout en disant un truc du genre "merci d'exister". Ses bras passèrent au travers de mon torse, créant une sensation de courant d'air glacial dans mes poumons vides. Je cessais de respirer. (Oui, parce que j'avais pris l'habitude idiote de faire semblant de respirer. Inutile.) Je mordis mes lèvres. Où es-ce qu'elle avait bien pu trouver une idée pareille ?
Je tendis la main vers elle, un peu dépité, puis m'écartais doucement. Encore une situation bizarre.

Désolé...


Je réfléchissais a grande vitesse. C'était étrange, elle pouvait pourtant toucher sa... Créatrice. Alors pourquoi pas moi ?


Spoiler:
 

FIN ALTERNATIVE:

(...) Soulagement.

Sauf que là, la fille-fantôme c'est approchée de moi et m'a pris dans ses bras, tout en disant un truc du genre "merci d'exister". Merde. Mon cerveau a re-fait une rechute, du genre quand on entends un grand "biiiiiiiiiip" dans les séries qui se passent dans les hôpitaux, et qu'on sait que le patient est mort parce que son activité cérébrale est nulle. Enfin la plupart du temps, tout le monde autour du patient se met à pleurer et à hurler, et là le docteur - beau-gosse et génie de la médecine - entends un petit "bip" qui signifie qu'en fait il a survécu, et même qu'il est guéri, et tout se finit bien parce que c'est une série américaine et que les gens ont besoin de miracles pour continuer a avoir de l'espoir.

Si vous avec bien suivi ma métaphore merdique, ça signifie que mon cervelet a fini par reprendre ses fonctions de commandement de mon corps. Donc premièrement, j'ai eu une sorte de réflexe animal qui fait que j'ai serré la fille assez fort -sans l'étouffer, je suis pas une brute- et fermé les yeux et posé mon front sur son épaule et pris une grande inspiration. J'admet que ce n'est pas quelque chose à faire quand on vient de rencontrer une personne, parce qu'on a tout de suite l'air d'un pervers en manque, ce que je ne suis absolument pas. Mais passons,

Deuxièmement, j'ai fait des constatations:
-> Les fantômes peuvent se toucher, déjà. En plus, on ressent les matières comme si on était vivant. Ce qui fait qu'à ce moment précis, je me sentais pleinement normal. Ce qui n'était pas le cas.
-> Les fantômes ont une odeur. Je vous jure. Les être humains ont une senteur fade pour un ectoplasme, mais les autres fantômes ont quelque chose de beaucoup plus parfumé. Agréable.
-> Et enfin, il existait un lien profond entre les deux filles. Parce qu'elle pouvaient se toucher. Alors que j'avais essayé, quand j'étais mort, de toucher Zach, ou Lye, ou Ashly, ou n'importe qui. Même pendant mon enterrement, juste au bord du lac, pour les réconforter, leur dire "je suis pas parti, les gars". Ca n'avait pas marché, et pourtant dieu sait qu'on était liés.

Je souris comme un idiot. Ca allait mieux, maintenant.


Spoiler:
 





My lungs are full of this dark water now.
Revenir en haut Aller en bas
Majinai I. Hoshiakune


clan astral.
avatar

petits mensonges : 81
date d'inscription : 01/05/2013
âge : 18
localisation : Dans ma tête... Je crois

MessageSujet: Re: Maboroshi ? [pv Eliott]   Jeu 30 Mai - 12:16

petite note de début:
 

Maji' réfléchissait. Comment sa, plongé dans le lac et pas ressortit ? Il se moquait d'elle, elle en était sûre. Sinon, maintenant elle connaissait quelques couleurs, donc elle pouvait pas lui en vouloir. Ah. Suite de la réponse. DEMOISELLE. La, sa pouvait pas rater.

- Tu sais, la demoiselle est une serial-killer qui a une façon très spéciale de tuer les gens, qui a buté trois flics, qui est sans aucun doutes recherchée par les services sociaux, la PAF et la police japonaise, qui a...

Maji' ne termina pas sa phrase. Elle avait vu Iroka, et ouvrait des yeux ronds. Puis elle vit rouge. Bon, pas franchement, elle est toujours achromate, mais elle était furieuse, contre Iroka parce qu'elle avait désobéit et contre elle pour avoir lâché son alter-égaux. Elle allait crier quelque chose. Mais elle réalisa soudain une chose qu'elle n'avait pas vu avant.

- I... Iroka ! C'est impossible, c'est moi qui contrôle le corps !

Lentement, des pièces se mettaient en route vers la conscience perplexe de Maji'. Iroka et Maji' étaient reliée par la roche noire, donc lorsque l'une était à l'état spectral, elle pouvait toucher celle dans le corps. Lorsque l'une était dans le susnommé état spectral, elle ne pouvait RIEN toucher d'autre que le corps. Eliott avait dit ne jamais être sortit du lac. Maji' n'avait jamais rien vu de tel. Maintenant, elle savait. Avec un sourire sadique, unique sourire qui pouvait imprégner son visage, qu'elle le veuille ou non, elle dit à la fillette aux couettes bleues...

- Iroka... Il est mort.

LA phrase qu'elle n'aurait pas du dire. LA phrase qui prouvait qu'elle était aussi idiote que sa jumelle. LA phrase qui attira l'attention d'Iroka. La gamine aux couettes bleues tourna la tête avec un sourire encore plus niais que d'habitude. C'était à se demander comment c'était possible qu'Iroka ait créé Maji'. Autant Maji' était inquiète, autant Iroka était aussi heureuse que si Sakura était avec elle.

- Mais... C'est trop géniaaaaaaaaal !

Maji' se tapa le front avec sa main. Mais quelle gourde celle la !

- Baka ! Désolée pour ce qu'elle a dit, faut croire qu'elle a laissé son cerveau dans le village. IROKA ! J'ai déjà faillit être tuée, et je crois pouvoir dire que c'est pas franchement agréable. Tu aimerais toi, être morte ?

La petite Iroka s'approcha de Maji' en trébuchant. Elle s'appuya sur l'épaule de la fille aux cheveux noirs, qui contemplait les cicatrices laissée par la faux de Shiawase sur son ventre. Iroka se retourna vers Eliott, et présenta ses excuses. Maji' se demandait si un jour elle se comporterait en adulte. Une gamine de seize ans qui surveille sans arrêt une femme de 45 ans, c'est pas possible ! Fallait qu'elle se plombe la tête, à commencer par arrêter de parler aux gens de sujets dont ils ne veulent sans doutes pas parler. Elle pouvait dire, Maji', mais c'était elle qui avait lancé le sujet. Maji' inspira profondément. Elle allait prononcer une phrase qu'elle allait sans doutes regretter.

- Si tu as des questions à nous poser, genre comment sa ce fait qu'Iroka est un fantôme alors qu'elle est pas morte, vas-y on t'écoutes.

Elle n'aimait pas expliquer sa triste situation d'achromate aux gens, et encore moins leur expliquer qu'elle n'existait pas vraiment, qu'elle ne grandirait pas et qu'elle était une schizo. Mais si il fallait passer par là...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eliott K. November


clan lunaire.
avatar

petits mensonges : 97
date d'inscription : 22/08/2012
localisation : On the corridors.

MessageSujet: Re: Maboroshi ? [pv Eliott]   Sam 1 Juin - 18:40

Tu sais, la demoiselle est une serial-killer qui a une façon très spéciale de tuer les gens, qui a buté trois flics, qui est sans aucun doutes recherchée par les services sociaux, la PAF et la police japonaise, qui a...


La fille avec les couettes noires était en train de me faire une apologie de sa vie sur fond de menaces tragiquement subliminales. Je laissais couler. Plus tard.

I... Iroka ! C'est impossible, c'est moi qui contrôle le corps !


Cette réflexion méritait par contre mon attention. Je levais un sourcil étonné. Elles pouvaient se passer le corps ?

Iroka... Il est mort.


Oh. Bonne déduction.

Mais... C'est trop géniaaaaaaaaal !


Non. Là, je proteste. Je murmurais;

Objection.


C'était pas géniaaaaaaaaaaaaal, sans déconner. Je commençais à me faire un peu chier, moi, a arpenter les couloirs de l'académie tel un prisonnier demeuré. D'ailleurs, fort à propos, je kifferai avoir genre un boulet. Comme les fantômes des légendes, qui traînaient leurs fardeaux leeeeentement derrière eux. Dios mio, ce serait juste trop amusant. Mais lourd. Mais amusant.

Baka ! Désolée pour ce qu'elle a dit, faut croire qu'elle a laissé son cerveau dans le village. IROKA ! J'ai déjà faillit être tuée, et je crois pouvoir dire que c'est pas franchement agréable. Tu aimerais toi, être morte ?


La dénommée Iroka m'avait lâché et était retournée près de sa... Compagne ? Cette dernière était d'ailleurs en train de babiller d'un ton hyper sérieux et professionnel. Je portais toute mon attention sur ses paroles, en apprenant toujours un peu plus sur elles deux. Elles m'intriguaient, vraiment. Toute ma déstabilisation avait quitté mon corps, et je me sentais a nouveau pleinement moi-même. D'ailleurs, j'avais retrouvé mon demi-sourire ironique habituel.

Si tu as des questions à nous poser, genre comment sa ce fait qu'Iroka est un fantôme alors qu'elle est pas morte, vas-y on t'écoutes.


Hmm...
Je restais silencieux un instant. Des questions, comme ça ? C'était pas marrant. Et puis parler des autres pendant des heures, c'était pas trop mon truc. J'étais moyennement chaud pour le trip "je te raconte ma vie moult intéressante". Je tordis mes lèvres, un peu embarrassé. Tant pis. Je pris le ton le plus ironique que je pouvais, avec un sourire niais, pour répliquer;

Tiens, il y a une question que je rêvaaaaaais de te poser, comment ça se fait qu'Iroka soit un fantôme alors qu'elle n'est pas morte ?


Je marquais une pause. Ok. Je devrais passer à la phase "je suis le mec le plus désagréable du monde.

Et dis moi, si tu veux me poser des questions personnelles et indiscrètes comme par exemple "comment es-ce que tu es devenu un fantôme" ou "comment ça se fait que tu sois aussi beau", ou encore "c'est quoi ta couleur préférée", je suis toute ouïe. Mais en fait, on s'en branle, pas vrai ?


... Je me maudis intérieurement. Pas la peine de devenir vulgaire, si ? Je haussais les épaules. C'était toujours comme ça, je commençais à être habitué. En fait, je devais être un peu effrayé de savoir. Une partie de moi, en découvrant qu'une fille était devenue fantôme sans être morte au préalable, s'était mise à faire des tonnes de conjectures plus improbables les unes que les autres.

Du genre, et si les fantômes étaient des personnes pas vraiment mortes ? Je veux dire par là que leurs âmes se seraient par je ne sais quel moyen échappées de leurs corps, qui seraient toujours vivants mais aux mains d'une autre entité, qui se serait emparé du pauvre corps en question ? Imaginez juste, mon corps serait devenu l'hôte d'un putaing de monstre et hanterai les profondeurs du Lac. Chouette. Bref. Je ne supporterai pas qu'un crétin s'amuse avec mon corps sans ma permission.

J'irais plonger dans le lac. Juste pour vérifier.
Je me demande pourquoi je n'ai jamais jamais fait ça, au fait. Jamais plongé. Jamais revu mon moi-même. Etrange.

Spoiler:
 





My lungs are full of this dark water now.
Revenir en haut Aller en bas
Majinai I. Hoshiakune


clan astral.
avatar

petits mensonges : 81
date d'inscription : 01/05/2013
âge : 18
localisation : Dans ma tête... Je crois

MessageSujet: Re: Maboroshi ? [pv Eliott]   Dim 2 Juin - 21:40

Parfais. Tout se déroulai selon le plan de Maji'. Oui, elle avait un plan. Elle sentait qu'il commençait à s'énerver, et elle adorait sa. Certes, se faire un ennemi de la seule personne non monochrome à ses yeux n'était pas un choix stratégique. Mais bon, Maji' ne fait presque JAMAIS de choix stratégiques. Elle rétorqua sur un ton parfaitement neutre :

- Qui t'as dis qu'elle était un fantôme ? Ah et sinon, j'ai pas besoin de te poser de questions, tu vois. Ta mort, tout à l'heure t'as dis que t'as plongé dans un lac. Beau, mouais bof. Et j'me fout de ta couleur préférée, je les vois pas moi. J'suis achromate.

Si elle avait voulut être méchante, elle aurait lancé que même les gens qu'elle avait tué en leur faisant bouffer leurs propres coeurs par le nez étaient plus beaux. Mais elle ne voulait pas être méchante avec lui, elle le testait juste pour voir si oui ou non il pouvait de près ou de loin représenter une menace pour Iroka. Protéger sa créatrice avant tout.

- Mais... Maji', du calme ! Arrête d'être aussi agressive. Obéit à ta mère !

Iroka ne voulait pas qu'elle s'en prenne au fantôme, non pas qu'elle l'aimait, mais juste qu'il avait des couleurs. Sinon, Iroka est réellement la mère de Maji', aussi étrange que cela puisse paraître. Maji' est née des cauchemars d'Iroka il y a sept ans. Elle avait déjà seize ans, et ne les dépassera jamais. Un cauchemars ne grandit pas... Iroka aimait abuser du fait qu'un jour se serait elle la plus grande. Maji' le savait.

- Désolée maman. Dit, faudrait que tu rentres, histoire de m'aider à me faire du sang.

Iroka refusa tout de suite en clamant un non catégorique. Elle savait que Maji' mentait à propos de son sang. Elle ne perdait un microlitre à la minute que lorsqu'Iroka était invoquée depuis sa tête. Depuis une vitre, c'est comme si de rien n'était. Elle ne partirait que lorsque les premiers rayons de l'aube pointerons. Et elle exigerait le corps. Maji', elle, s'assit par terre, soit par attraction envers le sol soit parce qu'elle avait un corps et qu'elle avait besoin de s'assoir.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eliott K. November


clan lunaire.
avatar

petits mensonges : 97
date d'inscription : 22/08/2012
localisation : On the corridors.

MessageSujet: Re: Maboroshi ? [pv Eliott]   Lun 3 Juin - 18:21

Qui t'as dis qu'elle était un fantôme ? Ah et sinon, j'ai pas besoin de te poser de questions, tu vois. Ta mort, tout à l'heure t'as dis que t'as plongé dans un lac. Beau, mouais bof. Et j'me fout de ta couleur préférée, je les vois pas moi. J'suis achromate.


J'haussais un sourcil. C'était le comble de la non-logique. Qui m'avait dit qu'Iroka était un fantôme ? Mon interlocutrice, en personne. Et puis quoi, ça se sent.
J'ai pas plongé dans un lac. Enfin j'ai plongé, mais je suis pas mort en plongeant. Ce serait plus stupide que stupide. Et même pire.
Et toutes ces questions étaient purement rhétoriques. M'enfin. J'esquissais un demi-sourire.

Mais... Maji', du calme ! Arrête d'être aussi agressive. Obéit à ta mère !


Eeeeeet... Retournement de situation ! Un lien de parenté mère-fille ? C'était bizarre non ?

Désolée maman. Dit, faudrait que tu rentres, histoire de m'aider à me faire du sang.


Là, j'étais perdu. J'ouvris deux yeux ronds. "Faire du sang" ? Genre le fantôme était tranquille, remplissant son rôle intérieur de... Cellule de la moelle épinière ? Mon sourire s'élargit à cette idée. Sérieusement, c'était ridicule. Mais bon, ce n'était sans doute pas la vérité. Il devait y avoir quelque chose de bien plus... Profond, derrière tout ça.

En tout cas, ça devait être compliqué de partager son corps avec sa mère. Ou avec n'importe qui, d'ailleurs. Dios mio.

Hmm. Vous êtes qui l'une pour l'autre en fait ?


Ouais ok, j'avais posé une question. Shame. Mais peut importe.


Spoiler:
 




My lungs are full of this dark water now.
Revenir en haut Aller en bas
Majinai I. Hoshiakune


clan astral.
avatar

petits mensonges : 81
date d'inscription : 01/05/2013
âge : 18
localisation : Dans ma tête... Je crois

MessageSujet: Re: Maboroshi ? [pv Eliott]   Jeu 6 Juin - 16:01

Maji' arborait un large sourire malsain. Enfin, dans sa tête quoi. D'habitude elle était beaucoup plus cool que ça avec les autres lorsqu'il y avait Iroka. En même temps, les autres ne pouvaient normalement pas toucher Iroka. LUI, il peut. Donc il représente une source de danger potentielle. Maji' devient une grande stressée lorsqu'Iroka est touchable. Si l'une meure, l'autre aussi. Maji' sait se défendre pour les protéger. Iroka, non. Maji' a un pouvoir, et des armes. Iroka, non. Maji' ne supporte pas ne pas avoir de consistance, Iroka, si. Elle ne voulait pas franchement être méchante, ni se faire un ennemi de la seule personne qu'elle voyait en couleurs, mais elle lâcherait tout pour protéger Iroka. Tout. Bref. Maji' arborait un large sourire malsain... Car l'autre, qui avait dit qu'il ne voulait pas poser de questions, venait de se contredire. Elle aimait scanner les gens pour ensuite les pousser à se contredire. Elle adorait la psychologie inversée, Maji'.

- Iroka. Explique lui, toi. La flemme.

La flemme ? Oui, un peu. Mais surtout qu'elle s'était retenue de balancer "En fait, j'suis un mec et Iro' c'est ma femme." Elle alla s'assoir sous le miroir et fit apparaitre un casque avant de se l'enfoncer sur les oreilles. Iroka était toute souriante, comme toujours, avec son regard brillant et sa tête de petite fille qui aurait pu apitoyer le plus grand psychopathe de la terre.

- En fait Maji' elle vient d'un monde ou chaque humain à un autre-lui qui est méchant. Elle est le miens. Elle a faillit se faire tuer par celui de Sakura, donc elle m'a demandé de l'accueillir dans mon corps. Comme j'ai dit oui ben elle est la !

Iroka avait expliqué comme une petite fille. Parce qu'elle avait un cerveau de petite, mais parce qu'elle ne sait pas expliquer autrement. Elle était vraiment cruche, celle-la. Maji' surveillait les moindre faits et gestes des deux fantômes, elle s'inquiétait pour Iroka. Iroka devait apprendre à survivre toute seule quand même. Surtout quand elle aurait dépassé Maji' en age. Iroka se chuchotait pour elle-même sa technique pour piquer le corps.

- Elle a sortit son casque, elle va bientôt s'endormir. Quand le soleil sera levé, je vais rentrer et la chasser du cerveau. Ce sera plus facile vu qu'elle dort...

Maji' ne pouvait pas entendre Iroka, mais Iroka n'avait pas franchement chuchoté. C'est une des notions qui ne passent pas son cerveau. En plus, elle ricanait bêtement. Mais pour une fois... Juste une fois...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eliott K. November


clan lunaire.
avatar

petits mensonges : 97
date d'inscription : 22/08/2012
localisation : On the corridors.

MessageSujet: Re: Maboroshi ? [pv Eliott]   Dim 9 Juin - 19:35

Iroka. Explique lui, toi. La flemme.


J'haussais un sourcil, et fronçais l'autre. Vraiment ? Qui m'avait pourtant demandé il y avait à peine quelques secondes de lui poser des questions ?

En fait Maji' elle vient d'un monde ou chaque humain à un autre-lui qui est méchant. Elle est le miens. Elle a faillit se faire tuer par celui de Sakura, donc elle m'a demandé de l'accueillir dans mon corps. Comme j'ai dit oui ben elle est la !


Mon rictus d'incompréhension s'accentua encore. Sans déconner ? Ca ne répondait pas du tout à ma question. Enfin, si, un peu. Mais je n'avais pas besoin de tant de détails. Surtout s'ils étaient si décousus...

Elle a sortit son casque, elle va bientôt s'endormir. Quand le soleil sera levé, je vais rentrer et la chasser du cerveau. Ce sera plus facile vu qu'elle dort...


... Paaaaardon ?
J'étouffais le rire qui démangeait ma gorge. Je n'avais strictement rien capté. Je respirais profondément, histoire de ne pas perdre ma tête du mec-trop-sérieux qui s'intéresse à l'histoire qu'on lui conte. En fait, je n'en avais rien à faire. Mais la psychologie, ça, c'était mon truc. C'était vraiment intriguant. Ces filles étaient -si j'avais environ capté- la même personne, ou une version l'une de l'autre, mais elles étaient complètement différentes. Hmm. Fun.

Je vois...


Enfin à peu près. J'affichais un sourire sympa. Du genre "je suis gentil, tu n'as rien à craindre". Bon, je n'étais pas si hypocrite que ça. Juste méfiant. Il y avait vraiment quelque chose qui m'incitais à rester vigilant. Heureusement, j'avais tous mes moyens en possession et en état de marche. No problem men.

J'avais plusieurs trucs stupides en tête. Notamment, cette situation bizarre entre Lye, un de mes potes d'avant ma stupide mort, et son frère. Ils étaient exactement pareil, physiquement je veux dire. Mais mentalement, ils étaient juste à l'opposé l'un de l'autre. Ce qui nous a mené à des situations complètement loufoques et embarrassantes... Je ne sais pas si vous avez déjà décidé de faire une blague à un pote en vous foutant à poil dans sa chambre avec d'autres potes, pour vous mettre à hurler tel le loup sous la lune à son arrivée, mais je vous jure que ça la fout mal quand son frère entre et que vous pensez que c'est votre pote. Je vous jure.

Mais laissons cela ici. Je reportais mon attention sur les deux filles.




My lungs are full of this dark water now.
Revenir en haut Aller en bas
Majinai I. Hoshiakune


clan astral.
avatar

petits mensonges : 81
date d'inscription : 01/05/2013
âge : 18
localisation : Dans ma tête... Je crois

MessageSujet: Re: Maboroshi ? [pv Eliott]   Jeu 13 Juin - 17:00

- Hein ? Ah ! Baka baka baka ! Nyeuh ! Abuuh... Hihihi !

... What the... ? Iroka. Elle a. Pété. Les. Plombs. Non. En fait, elle réagit juste comme toute personne normale aurait réagit dans sa situation. Situation qui était la suivante : monter un plan machiavélique pour dérober le contrôle de son cerveau à sa sœur pendant son sommeil et en parler à voix haute sans se rendre compte qu'un gen à côté l'entendait. ... D'accord. Sa n'arrive QU'A Iroka. Et personne de censé n'aurait réagit en s'insultant et en faisant des bruits bizarres. La petite Iroka se frappait la tête avec son poing bien fermé et serré. Elle avait l'air d'avoir mal. Maji' ouvrit un œil, regarda la scène d'un air amusé et le ferma. Iroka se dandinait d'une jambe à l'autre, enfin pas vraiment (souci de flottaison --), et fixait la personne non-endormie (donc pas Maji' -- J'suis trop forte moi --), en hurlant :

- AH Non tu peux pas tu peux pas tu peux pas voir ! Y'a que moi qui peut parce que tu peux pas aller dans mon esprit ! Donc, dans moi là desuite... Parce que je suis un esprit... Parce que Maji' m'a... ABUUH !

Iroka secouait la tête dans tout les sens. Comme une petite fille. Enfin, comme un petit animal mouillé. Elle ne se dandinait plus et s'était recroquevillée par terre. Sans rien dire. Toute pleine de honte.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maboroshi ? [pv Eliott]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Maboroshi ? [pv Eliott]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Eliott Tyler
» Toc, toc. C'est l'technicien. ft Eliott
» Eliott Martin Petit : Mauvais garçon
» Présentation Eliott-so-Swagg
» Elliott Durts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
fairy dream school academy :: Partie rpg :: « les sous-sols » :: « la pièce aux miroirs »-