Partagez | 
 

 Des kakis, des kakis... Mais non je suis pas accro! [PV : Cielle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nownka


clan astral.
avatar

petits mensonges : 458
date d'inscription : 09/04/2012
âge : 21
localisation : Aucune idée...

MessageSujet: Des kakis, des kakis... Mais non je suis pas accro! [PV : Cielle]   Dim 22 Juil - 0:07

Je finissais de développer les photos que j’avais prises pendant la nuit dernière, quand une envie soudaine me terrassa. Mes mains tremblaient, mes jambes flageolèrent, mes côtes me firent souffrir et mon nez se boucha. Si soudainement que cela ne voulait dire qu’une chose : mon corps réclamait à cris des KAKIS. Rien que dit penser, j’en avais l’eau à la bouche. Cela faisant un peu plus de deux semaines que je n’en avais pas mangé. C’était à prévoir !

Dans mon enfance, le kaki était le fruit qui nous unissait, moi et mes deux frères. Pendant les quelques mois où nous avions pu vivre à l’orphelinat, à trois, notre seul joie était de manger un kaki ensemble. On se le partageait, et moi j’avais toujours la plus petite part ! Souvent, je me bagarrais avec mes frères, pour grappiller quelques bouts de leur part. Cela finissait généralement en câlin groupé, et bataille de polochons. Mais nous nous faisions réprimander par la directrice de l’institut, car « notre comportement était inacceptable pour des enfants de l’aristocratie ». Je ne comprenais pas à l’époque, mais mes frères, eux, le comprenaient très bien.
Ce genre de soirée ne dura pas longtemps, et la mort de mon frère ainé les stoppa net. Puis, plus jamais je n’ai parlé de kaki. Mais j’en mangeais quand j’avais la nostalgie du passé.

Aujourd’hui était un jour où les kakis et les souvenirs me manquaient. Je décidai donc d’abandonner mon travail, mon laboratoire photo/chambre/salle de bain pour aller voir dehors si un plaqueminier pouvait me délivrer de ma souffrance, en aillant la gentillesse de me donner un de ses fruits.

Je sortis de ma chambre, parcourus un couloir, puis deux, trois, le quatrièmes vint après un escalier, et enfin le dernier couloir apparu, et se déroula devant moi. Tout au bout j'aperçu une porte différente des autres. Je pris mon courage à deux mains et la poussai. Mes yeux ne surent plus où regarder tellement de choses attiraient mon attention. Je devins folle de plaisir ! C’était comme si un verger me tendait les bras à l’intérieur de mon académie ! Je devais tout simplement rêver. Je me pinçai, et…ne me réveillai pas ! Cette réalité était juste incroyable ! Cette académie était magnifique et … magique! Je me maudis de ne pas être venu ici plus tôt.

Je m’avançai dans cette pièce féérique, à la recherche d’un plaqueminier à dérober. Par chance, un de ces arbres m’attendait bien sagement, derrière un majestueux cerisier du japon. Je me précipitai vers lui et m’agenouillai au ses pieds. C’est après avoir remercié mes pieds qui m’avaient porté jusqu’ici (qu’ils sont intelligents !), que je m’aperçu que les kakis trônaient sur le haut de l’arbre, et que sur les premières branches… il n’y avait que des feuilles… Plus de kakis à portée de mains. La cueillette avait dût déjà être faite. Tant pis.

Je cherchai un bout de papier et un crayon dans mes poches, les extirpai de celles-ci, et dessinai un escabeau que ce matérialisai, à mes côtés, dès que je me concentrai dessus. Je le plaçai, montai dessus, et m’attelai au travail. Je pris un kaki, que je croquai à pleine dents. J’en savourai chaque instant. Quand le premier fut fini, j’en cueilli un deuxième, mais avant d’avoir pu le saisir, un « pooouuf » retentit, et je me retrouvai suspendue dans le vide pendant quelques millièmes de secondes, pour retombai lourdement sur le sol, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Mes fesses étaient toutes endolories. Quel fichu pouvoir qui n’en faisait qu’à sa tête ! Je nu même pas la force de me relever. Je m’accordai un moment de non-dignité et restai couchée sur le sol.

Et je me mis à rire, à rire toute seule au milieu des arbres.


La vie me sied mal, la mort m'ira peut-être mieux...
Garde la tête haute, même si tu es l'objet des hommes. Les femmes ne sont que des marionnettes dans le théâtre de la vie, et les hommes sont ceux qui en tirent les ficelles. Ceux qui peuvent ce permettre de casser leurs jouets, et leurs poupées fêtent de chair et d'os...
La faiblesse humaine est d'avoir des curiosités d'apprendre
ce qu'on ne voudrait pas savoir.


Il n'y a aucune différence entre la vie et la mort, qui t'empêche de mourir ?
Revenir en haut Aller en bas
http://tagaki.skyrock.com/
 

Des kakis, des kakis... Mais non je suis pas accro! [PV : Cielle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mais si, je suis la nouvelle directrice voyons!
» *Mais non, je suis pas bourrée...* {Aaron au début... Puis si d'autre veulent intervenir, à vot' bon coeur :D}
» Hé mais je ne suis pas une souris à croquer ! [Livre I - Terminé]
» [Dio][WIP] "Mais je ne suis pas un homme vivant"
» Narcisse Alexandre James || Shizophrene moi? Mais non. Oui je suis gay...... Mais non je suis pas une tapette!|100%

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
fairy dream school academy :: Partie rpg :: « aile est » :: « dôme botanique »-